lundi, juillet 10, 2006

Couple Défait....salle des fêtes







Celle-ci a une drôle d'histoire et m'a ramené très longtemps en arrière sur des chemins qui furent difficiles...

Gardien ponctuel de la maison d'un couple
d'amis : elle potière ,lui peintre .
Je m'ennuyais un peu....je n'avais rien à faire et me plonger dans un livre ne me disait rien...partagé comme d'habitude entre activisme physique et paresse intellectuelle....

Je me mis à la recherche d'un peu d'argile susceptible d'être travaillée en ronde-bosse...pas évident avec de l'argile destinée au tournage , pas assez de chamotte pour mon travail...
Finalement, je m'adjugeais un bloc d'argile grise et lisse et je modelais une figure humaine sans détail pour un projet éventuel -un modelo,une ébauche-
Cette terre réagirait sans doute de façon inattendue et j'aimerai bien cela.La terre est trés docile au modelage,elle peut être reprise cent fois Mais pour ce qui est du séchage et de la cuisson, c'est elle qui décide de quasiment tout...
Et elle décida qu'il fallait faire deux avec un.Le séchage extérieur était trop rapide et le séchage intérieur trop lent.Dans ce cas là , on entoure souvent tout le "machin "de bandelettes humides pour ralentir le processus externe et on attend....mais je n'avais pas le temps de cette patience. Je décidais de partager ma figurine en deux morceaux...les choses iraient ainsi plus vite et je recollerai ensuite....au bout de quelques jours en y regardant de plus près,il me sembla qu'une des deux demi-figures était assez nettement un homme et l'autre une femme....ce que la cuisson confirma encore en créant des fissures inattendues en des endroits précis...Encore une fois, je me retrouvais avec l'histoire d'Adam et de la côte magique.
D'abord un homme....puis une scission,une rupture,un arrachement.Puis un homme et une femme...un commentaire empirique d'une vieille histoire mille fois rêpétée...oui mais laquelle ?? Celle de nos deux parts:homme et femme à la fois.Oui pourquoi pas, on pouvait y voir cela,mais je n'étais pas convaincu qu'il me fallait aller dans ce sens.

Mes amis m'offrent quelquefois des bouts de choses ayant un fort vécu :ferrailles rouillées et autres bouts de bois usés que j'utilise dans mon travail. Une plaque de fer dévorée , colorée par la rouille et munie d'une poignée-une martelière-ne demandait qu'à renaître à une autre vie...Je la travaillais à l'enclume et au marteau pour supporter mon couple...c'était décidé;ce n'était pas mes parts homme - femme qui voulaient se dire là-discours connu et sans intêret -mais autre chose encore plus banal et pourtant plus fort...la simple histoire d'une communication brisée ,d'une rupture peut-être imminente...d'une situation sans doute vécue de tous.
En langage" populo",on appelle ce non face à face "l'hotel du cul tourné" une image claire et triviale pour parler d'un douloureux moment.
la corde à trois fils est difficile à rompre
( Ecclesiaste )4.9-12

Je façonnais la plaque en son milieu pour y figurer une mandorle interdite d'accés ou rendue vierge par une tresse de fils de cuivre rouge...je patinais tout cela à la cire et je me retrouvais devant l'histoire d'une vieille rupture douloureuse...je la reconnaissais en fin comme telle...à partir de ce moment là je pûs aussi travailler sur les figures féminines...une sorte de réconciliation s'était opérée....à cause d'un bloc argile détournée de son destin d'assiette
ou de gobelet....


2 commentaires:

anchois pommier a dit…

tout est clair...
il ne te reste maintenant qu'a avoir le declic pour representer des figures humaines qui ne te ressemblent pas; j'attends la prochaine sculture.
en tout cas c'est tres intéressant et ça ne laisse pas indifferant.

Anonyme a dit…

A chaque fois que je te lis, que je découvre tes scupltures, je suis sans voix, et admirative avec le désir de les voir, sentir la matière.... Je viens de finir un livre "un coeur fier" de Pearl Buck qui raconte l'histoire d'une femme qui a fait du modelage et ensuite à tailler des blocs de pierre et au delà de l'histoire il y a des passages qui sont uniques sur son rapport avec la terre, la pierre avec ce sentiment que l'on qu'elle "cree" ni le temps, ni rien n'existe.... Et j'ai pensé à toi !
Continue à tout à modeler, à écrire....