jeudi, mars 23, 2006

BEAU TRAVAIL BILLY



Non je ne suis pas dans l'auto-laudation béate...ce n'est pas que ce considère cette "oeuvre" comme particulièrement réussie même si je lui voue une affection particulière...
Beau travail est un film de Claire Denis...un film étrange... quasiment sans mots,hormis les paroles du narrateur:Galoup ,un ex adjudant légionnaire se souvient de DJIBOUTI et des hommes qu'il avait sous son commandement...et puis d'une saison ,à peine un instant dans sa vie ,un rêve éveillé.
Une fulgurance l'a traversé comme une lame et il en reste marqué au fer:souffrance douce ou bonheur violent,un de ces instants secrets qui sont nos seuls secrets...parce qu'indicibles ...

Mais pour lui il y aussi l'infamie ... ce qu'il désirait le plus , ce qu'il considérait comme le plus parfait,son image idéale et qu'il ne posséderait jamais ...
ll l'a finalement tué.

Beau travail est inspiré du dernier roman d'Herman Melville: Billy Bud marin.
Benjamin Britten en fera un opéra.
Un même thème,trois modes d'expressions:l'écriture ,la musique et ici l'image.
Dans ce film ,comme dans une cérémonie païenne, chaque geste est une danse ....danse sacrée ainsi les parades nuptiales des grands oiseaux.
Dans un paysage désertique et improbable , sous une lumière violente ,des hommes usent leurs corps et leurs sens à l'entrainement.
Les moments plus mondains :"une sortie en ville"par exemple,sonnent tous étrangement faux
comme si le vrai temps et le vrai lieu du film n'était pas le réel ordinaire.
Dans ces trois oeuvres traversées par un homo-érotisme fort...la beauté conduit à la mort et Billy (Santain dans le film) devient l'innocent sacrifié des tragédies grecques,Antigone au masculin; la figure de l'agneau immolé: le pur porte la faute et la salissure de l'impur...et le sauve de sa propre noirceur.
Billy est d'une beauté terrible parce qu'il ne la connait pas,cela,ce qui n'est rien pour lui devient tout pour les autres.
On ne sait d'ou il vient ,il ne sait ou il va,il ne réclame rien que vivre et ne joue pas de cette arme qu'il posséde. Sa pureté intérieure est proportionelle à sa séduction plastique.
Refus ou innocence... autour de lui rodent lumière et nuit, protecteur trop sévére(le capitaine) et amoureux trop assassin (l'adjudant Galoup) .

Pourquoi nous arrive-t-il d'être ainsi touché et devenu ivre par une simple nuque,la courbe d'un muscle...capable de tout pour serrer,toucher...posséder...chez la plupart d'entre nous cet espace terrible ou rôdent nos parts les plus sombres parce-que les moins domptées ...cet espace trouve à s'accomplir dans la métaphore artistique ou autre...Mais pas chez Galoup.Lui cherche cela en Santain:sa réélle beauté ... C'est pour cet homme épris d'absolue discipline, l'immanence de son rêve narcissique,la mise en scéne d'un soi idéal.Et ce qu'est Santain,ce qui le fait homme n'a strictement aucune importance.

Beauté ni injuste ni cruelle ,tu es simplement comme le soleil est:Libre.Et qui reprocherait au soleil d'être ce qu'il est.Un frére qui réchauffe nos corps quand bon lui semble.
Ce qui touche en toi beauté,c'est ton si bref passage,ton immense fragilité.Te croiser est une balise dans nos vies et tu as multiples visages...Billy mais aussi tant d'autres choses passantes...bien éloignées du modèle esthétique gréco-latin qui donne tant de fil à retordre à ceux qui refusent de se soumettre à ce modèle si rétréci : 25 ans,mince,plutôt blanc bien halé,l'intérieur n'a plus d'importance seule compte l'enveloppe ... vaine soumission à d'aussi vaines apparences...car tout passe... sauf l'hégémonie de la sottise et de la futilité....
Et si j'ai trouvé beau ce film au point de m'en inspirer, c'est pour tenter d'en rendre la moins palpable des parts :la tendresse donnée et recue pour rien,contre rien...
En échappant ainsi aux enjeux de pouvoirs que peuvent être le désir violent de posséder le beau en l'autre,d 'en être maître et de jouer avec le feu sorcier .
A partir de cela on peut tenter un autre chemin et aussi ce que l' on considére habituellement comme laid.Car la beauté comme la laideur ne sont que des codes culturels.
La grande affaire est de regarder tout ce qui est, comme potentiellement beau.
Mais cela est pour la prochaine fois.

O ta grâce m'accable et je tourne de l'oeil
Beau navire habillé pour la noce des Iles
Et du soir.Haute vergue!Insulte difficile.
O mon continent noir.Ma robe de grand deuil. J.Genet.un chant d'amour

1 commentaire:

manini a dit…

très beau le modelage que tu as fait en "souvenir" du film Beau Travail, film qui m'a laissé un souvenir très fort, un film charnel, esthétique, poétique.
Suis ravi de te découvrir à travers ton blog...
J'espère que tu vas continuer !